Poser un parquet flottant : mode d’emploi

Auparavant, chaque maison et chaque appartement était recouvert de parquet ou de planches. Aujourd’hui, on voit rarement ce beau revêtement de sol et on le trouve plus souvent dans les anciens appartements. Dans cet article, il vous est montré ce qu’il faut prendre en considération lors de la pose de planches et quelles sont les méthodes disponibles. Les trois méthodes d’installation sont décrites dans les instructions et les avantages et inconvénients sont indiqués. Pour pouvoir profiter longtemps des lames de parquet, il faut les poser de manière professionnelle. Ce n’est pas facile, mais même un bricoleur peut le faire. Si vous pensez maintenant que le stratifié est beaucoup moins cher, vous devriez réfléchir à l’aspect naturel de votre sol et à sa durée de vie. Un bon plancher en planches peut vivre plus de 100 ans, mais on peut se demander si le stratifié peut le faire. Voici, trois méthodes parmi lesquelles choisir. Ces trois méthodes ont leurs avantages, mais bien sûr aussi leurs inconvénients. Si vous voulez faire des économies et que vous cherchez un beau bois, choisissez le pin. Si vous voulez investir un peu plus, prenez du chêne. Toutes les qualités de bois ne sont pas identiques. Dans certaines circonstances, il peut arriver que les planches doivent être à nouveau poncées après la pose.

1. Poser des planches de bois flottantes

Pas de soucis, vous n’avez pas besoin d’un hippocampe ici. Que signifie installation flottante ? Le terme fait référence au type de fixation. Lors de la pose des planches, elles sont reliées entre elles, mais pas au support. C’est pourquoi on dit qu’ils flottent. Là encore, il existe différents types de fixation. Les pinces en acier inoxydable sont le plus souvent utilisées ici. Les planches peuvent être simplement emboîtées les unes dans les autres et fixées de l’extérieur à l’aide des pinces. Un peu plus cher, mais avec une isolation contre les bruits de pas, c’est le tapis adhésif. Vous pouvez poser les planches sur ce mat.

2. Avantages et inconvénients des planches flottantes

Même les débutants choisissent la connexion flottante lors de la pose des planches. Non seulement, il est facile à installer, mais vous n’avez pas besoin de produits chimiques tels que la colle. Vous n’avez même pas besoin de préparer le sol s’il est droit. Vous ne pouvez choisir cette méthode d’installation que si vous n’avez pas de chauffage au sol, car le système de chauffage doit chauffer un espace d’air, ce qui augmente les coûts. Il est également important de se rappeler que les planches flottantes ne durent pas très longtemps. Si vous n’habitez pas dans votre propre maison et que vous devez peut-être enlever les planches lorsque vous déménagez, cette connexion peut vous faciliter la tâche. Et non seulement le déménagement est très facile, mais vous pouvez réutiliser les lames de parquet par la suite et les poser à nouveau lorsque vous déménagez. Le remplacement des planches défectueuses n’est pas un problème majeur et il n’est pas nécessaire d’attendre que la colle sèche après la pose pour pouvoir marcher sur le sol. Comme il n’y a qu’une fine couche entre les planches de bois et le revêtement de sol, il y a souvent des clics et des vibrations.

3. Liste des matériaux et outils

Jeep, selon la variante que vous avez choisie, la liste des matériaux sera bien sûr, également différente. Soit vous optez pour le tapis adhésif, soit pour les ressorts de tension/la pince. Si vous voulez protéger vos planches ou le sous-plancher contre l’humidité, vous devez intégrer un film PE : le film de polyéthylène utilisé principalement pour ses caractéristiques d’étanchéité et de protection. La liste d’outils suivante est disponible : pose flottante, les instructions pour les lames de parquet flottantes. Avant de pouvoir commencer à poser les lames de parquet, il faut poser le tapis adhésif, le film PE et l’isolation optionnelle contre les bruits d’impact. Ce n’est qu’alors qu’on peut poser les planches. La première rangée de planches est posée horizontalement le long du mur. Si vous avez des murs en pente, vous devez adapter les planches à la forme. La première rangée est la plus difficile, car elle doit être particulièrement droite et vous ne pouvez pas faire d’erreur ici. Parce que le bois est un matériau vivant et qu’il fonctionnera toujours, il a besoin d’espace pour travailler. Pour cela, vous utilisez des cales d’espacement, également appelées cales d’écartement, qui permettent d’atteindre une distance minimale de 1,5 cm. Veillez à ce que tous les morceaux de bordure ne tombent pas en dessous de 30 cm. Les rangées suivantes sont beaucoup plus faciles à poser. Pas de sciage à la forme et pas de grandes mesures, car il suffit d’emboîter les planches les unes dans les autres. Utilisez le fer à repasser pour serrer encore plus les planches entre elles. Le cliquetis se fait jusqu’à ce que vous atteigniez l’autre extrémité de la pièce, c’est-à-dire le mur.

4. Poser les lames de parquet avec des vis

Travailler avec des vis lors de la pose des lames de parquet est une solution agréable, mais l’effort est beaucoup plus important qu’avec la solution flottante. Ici, en plus des planches, il faut également une sous-structure et des vis spéciales pour les planches. Celles-ci ont une tête particulièrement petite et, par ailleurs, la structure de vis en aggloméré. La plupart des vis à planches conviennent également aux planches de bois massif. Dans les pièces normales, des vis à parquet galvanisées ou chromatées jaunes sont suffisantes. Dans les pièces humides, vous devez prendre des vis à parquet en acier inoxydable, que vous trouverez dans notre magasin. Les vis des lames de parquet sont vissées de manière dissimulée au printemps.

5. Avantages et inconvénients du vissage

Le principal argument en faveur du vissage lors de la pose des lames de parquet est la durabilité et la grande stabilité de la construction. En raison de l’installation cachée dans la languette, les planches vissées offrent une élasticité particulièrement bonne lorsqu’on marche dessus. Cela se remarque aussi en marchant, les planches de bois sont particulièrement confortables ici. Mais le démontage est également très facile et ne laisse aucune trace. D’un point de vue écologique, ce type de pose de parquet est particulièrement durable, car il ne nécessite pas l’utilisation de produits chimiques. Vous pouvez également installer une isolation supplémentaire dans l’espace entre le sol et les planches. Le grand inconvénient est le temps nécessaire. Comme il faut d’abord construire une sous-structure, l’installation prend beaucoup plus de temps. Mais comme on le sait, les bonnes choses prennent du temps. Il faut veiller à ce qu’il y ait suffisamment d’espace libre en hauteur pour que l’on puisse s’adapter à cette sous-structure sans provoquer de différences de hauteur non-fonctionnelle aux zones frontalières par rapport aux autres revêtements de sol et aux seuils. Comme pour la pose flottante, ce type de pose de planches n’est pas adapté à une combinaison avec un chauffage par le sol.

– Vissez les planches : les instructions

Avant de pouvoir poser la sous-structure, le sol doit être uniformément de niveau. S’il y a des inégalités dans le sol, vous pouvez les réparer avec des lamelles de bois. Là encore, utilisez le film PE pour protéger la construction et le sol de l’humidité. Pour rendre les nouvelles lames de parquet aussi silencieuses que possible, vous pouvez installer une isolation phonique aux points d’appui. Les bandes de liège ou les morceaux de caoutchouc conviennent à cet effet. Les planches de rive sont dans la plupart des cas vissées sur une sous-structure. Cependant, il ne faut pas s’étonner si le plancher des anciens bâtiments était fixé directement sur la construction en poutres, ce qui était assez courant dans le passé. Avec les bois nobles, on pose souvent un plancher dit aveugle en bois bon marché, sur lequel on pose ensuite le véritable plancher en planches. La sous-structure en bois stocké n’est pas ancrée, mais posée de manière flottante. En fonction de la longueur des planches et du type de bois, on choisit l’espacement approprié des bois de literie. La distance ne doit pas dépasser 40 cm, sinon la construction perd de sa stabilité. La pose des bois doit être opaque. Les planches de bois ne sont pas toujours proposées dans la bonne longueur par le marchand, de sorte que vous avez généralement une planche plus courte que la pièce est longue. Les articulations doivent être faites ici. Pour les planches courtes, le collage sauvage convient à cet effet, ou pour les planches longues, le décalage régulier.

– Installer l’isolation

Avant de visser les planches, l’isolation peut être posée dans les interstices. L’isolation peut être réalisée avec un remplissage ou des panneaux isolants en fibre de bois. Les panneaux de laine de roche ou de laine minérale ne sont pas adaptés, car les fibres pourraient pénétrer dans l’air par les joints existants.

– Vissage

On commence maintenant par le vissage. La première rangée commence comme toujours au mur et s’éloigne de là. La rainure de la première rangée de planches fait face au mur et est vissée par le haut. Les irrégularités du mur sont transférées sur la première planche et celle-ci est sciée sur-mesure. Des cales d’espacement maintiennent la distance par rapport au mur. Pour le bois massif, des joints de dilatation de 1 à 1,5 cm sont nécessaires. Les planches sont alors emboîtées les unes dans les autres avec le bois d’impact et fixées en les pressant les unes contre les autres, puis les vis des planches sont vissées de façon cachée par le ressort. La dernière rangée de planches est à nouveau adaptée au mur, c’est-à-dire coupée sur-mesure et vissée par le haut. Ici, il est important de veiller à ce que les vis soient vissées exactement dans la sous-structure. Bien que la plupart des vis à bois aient une pointe de perçage ou une encoche de coupe, un test d’application permet de savoir avec certitude, en fonction de la dureté du bois, si un pré-perçage est nécessaire.

– Coller les lames de parquet

Venez-en à la dernière option, qui offre un bon résultat, mais n’est pas très flexible. Comme les planches sont collées au sol, elles ne s’enlèveront pas aussi vite et surtout pas sans laisser de traces. De plus, la solution n’est pas très bon marché, car le coût de la colle est ajouté à la facture en haut. Mais si vous avez ou voulez avoir un chauffage au sol, la meilleure solution est de coller les planches. L’adhésif offre une connexion directe et donc aucune perte de chaleur. Il est également possible de coller les lames directement sur la chape.

6. Avantages et inconvénients du collage

Grâce au collage, qui se fait sur toute la surface, il est très facile de poncer les lames lorsqu’elles s’usent avec le temps. La joie des uns est le chagrin des autres, car une fois planches sont collées, on ne peut plus les enlever sans grand effort. Même les erreurs de planification ne peuvent pas être corrigées comme ça. Comme les planches sont collées directement au sol, il n’y a pas de vibrations et donc pas de bruit. Si vous avez une maison à plusieurs étages et qu’il y a une pièce sous la pièce avec les planches, il est toujours utile de créer une isolation phonique aux bruits de pas. Lors du collage des planches, vous devez faire attention au type de bois, en particulier les bois durs sont très appropriés ici. Les plus populaires sont le noyer, le chêne et le bois tropical Merbau. Un mauvais choix est les bois tendres comme le hêtre ou l’érable, car ils ont tendance à former des joints. Vous ne pouvez pas marcher sur les planches tant que la colle n’a pas séché. Vous devez également tenir compte du fait qu’il y a beaucoup de produits chimiques dans la colle et vous voulez vraiment les avoir dans votre propre maison ? Vous ne savez même pas exactement ce que contient réellement la colle et en quelle quantité.

– Coller les planches : les instructions 

Le support doit être régulier, propre et surtout sec, sinon la colle ne tiendra pas correctement. Avant de poser les planches, elles doivent avoir été stockées dans la pièce pendant au moins 48 heures pour leur permettre de s’adapter à la température et à l’humidité de la pièce. L’isolation contre les bruits d’impact est facultative, mais elle a du sens pour l’étage supérieur. La première chose à appliquer est la colle. Ici, ce n’est pas tout le sol qui est rempli de colle, mais des étapes de plus en plus petites, en fonction de la vitesse de travail. Après avoir recommencé au bord du mur et avoir appliqué de la colle sur une surface suffisamment grande avec la spatule, on pose la première planche à une distance suffisante du mur. La rainure doit faire face à la paroi. Éloignez-vous progressivement du mur et assemblez les planches avec le bois de martelage. La zone sous la planche doit être entièrement recouverte de colle, un ajout ultérieur n’est pas possible. Si vous voulez obtenir un contact optimal avec la colle, vous pouvez ajouter un poids supplémentaire aux planches.

– Protection de la surface

Le taux d’humidité parfait du bois est d’environ 10 %. Si les planches n’ont pas déjà été finement poncées, la première étape consiste à poncer le sol. Ensuite, vous pouvez protéger la surface des planches avec une huile ou un vernis.

7. Conclusion sur la pose des planches

La pose de planches flottantes est recommandée pour les débutants car elle nécessite peu de connaissances. Un bricoleur expérimenté peut également s’essayer à la visserie. Le collage des planches va dans le sens des connaissances professionnelles. Bien sûr, un débutant peut aussi le faire, mais si vous faites des erreurs, cela implique beaucoup de travail et des frais supplémentaires coûteux. En outre, l’utilisation de produits chimiques n’est pas très durable et n’est certainement pas bonne pour l’environnement.