Cigarettes électroniques : la vapeur est-elle dangereuse pour les enfants ?

La vapoteuse est partout. Les magasins qui vendent des e-cigarettes et leurs liquides aromatisés ouvrent tour à tour et davantage de fumeurs se tournent vers ce substitut. Quid de son utilisation ? Une femme enceinte qui vapote prend t’elle toujours des risques pour la santé de son bébé ? Un enfant qui se trouve dans la même pièce que la fumée d’une e-cigarette est-il exposé ? Découvrez les réponses à ces questions dans la suite de cet article.

Le vapotage passif et les enfants

Tout comme le tabagisme passif, le vapotage passif existe. Depuis 2007, il est interdit de fumer dans les lieux publics. Or, la cigarette électronique ne fait pas exception à la règle, sous réserve qu’elle ne rejetterait pas de monoxyde de carbone. Un décret venant compléter la loi santé de 2016 interdit donc à un vapoteur de faire fonctionner sa e-cigarette dans un lieu public couvert et fermé. Si l’on en croit ces dispositions législatives, cette alternative à la cigarette n’est pas lavée de tout soupçon. Un enfant qui se trouve en présence d’un individu qui vapote, dans une pièce fermée, est exposé à un vapotage passif. Il inspire malgré lui des composés qui ne sont pas complètement inoffensifs pour la santé, même à faible dosage. Quelques recommandations d’utilisation sont donc à garder à l’esprit. Il vaut mieux vapoter à l’extérieur qu’à l’intérieur par exemple.

Si une personne est amenée à utiliser sa e-cigarette chez elle, il faut s’assurer au préalable que la pièce est bien ventilée naturellement ou ouvrir la fenêtre. En rapport avec ce qui a été dit précédemment, les effets concrets de l’inhalation de la fumée d’une e-cigarette sont encore méconnus. À titre indicatif, les voies respiratoires pourraient malgré tout être sensibilisées. Dans le doute, il vaut mieux éloigner les enfants afin de les exposer le moins possible à certains composés comme le formaldéhyde, l’acétaldéhyde ou le diacétyle.

Le vapotage aide les femmes enceintes à arrêter de fumer ?

Il est nécessaire de rappeler que les autorités de santé françaises ne recommandent pas aux non-fumeurs de se mettre au vapotage. Cette alternative à la cigarette classique est destinée aux fumeurs qui souhaitent diminuer leur consommation de tabac. Partant de ce constat, les professionnels de santé délivrent des avis partagés concernant la dangerosité avérée ou non de la vapeur d’une cigarette électronique pour un fœtus ou un enfant. Lorsqu’une femme enceinte consulte son gynécologue pour son suivi de grossesse et que la question de la cigarette est abordée, il est possible que son médecin lui conseille par exemple d’utiliser un substitut. En effet, le vapoteur a pu faire ses preuves. On sait qu’il peut être d’une grande aide pour les fumeurs. Une majorité d’entre eux, femmes enceintes comprises, se tournent vers cette solution pour ne plus ingérer de nicotine.

Cette substance psychoactive augmente notamment les risques de fausse couche, de naissance prématurée… Face au fait que le tabagisme met en danger la santé de la maman et de son enfant, certains médecins n’hésitent donc pas à conseiller le vapotage. Ce n’est pas une solution parfaite, mais elle diminue fortement les risques. De plus, un effet délétère peut alors se produire si l’on interdit la e-cigarette à une femme qui veut se sevrer. Celle-ci risque de reprendre le tabac en cas d’absence de prise de substituts nicotiniques. D’autres professionnels de santé ne se contentent pas de cette simple réduction des risques et déconseillent fortement le vapotage.

La composition d’un liquide de cigarette électronique

Nombreuses sont les études qui sont arrivées à ce même résultat. Le tabac contient des substances toxiques qui se révèlent par combustion. Une fois la cigarette allumée, son utilisateur inhale en grande quantité du monoxyde de carbone. Ainsi, pour éviter le développement de toutes sortes de pathologies, il vaut mieux ne jamais commencer à fumer. Si une personne fume depuis plusieurs années, elle peut pour autant s’en sortir et trouver des substituts de sevrage. Le vapotage fait partie de ces solutions. Mais comment fonctionne une e-cigarette et que contient son liquide ? Il s’agit d’un clearomiseur doté d’un aérosol, qui peut générer de la fumée artificielle. Cette fumée se forme par l’échauffement d’un liquide contenu dans un flacon. Le liquide pour cigarette, une fois chauffé, ne produit pas de monoxyde carbone. Il contient entre autres de la glycérine végétale, du propylène glycol et de la nicotine que l’on retrouve dans tous les substituts nicotiniques du marché.

Les fabricants proposent des liquides aux saveurs et aux arômes très variés pour rendre leur consommation plus plaisante. Pour le moment, on s’accorde à penser que la e-cigarette permet de réduire les risques de cancer chez les fumeurs. Cependant, elle est encore examinée. Même si le phénomène de combustion ne se produit pas, un aérosol contenant de nombreuses substances s’en échappent. Voilà pourquoi les experts sanitaires demeurent prudents quand il s’agit de parler de vapotage durant la grossesse. Des examens complémentaires sont toujours en cours et doivent faire la part des choses entre les bénéfices et les risques d’une telle utilisation.