5 choses à savoir sur le bodybuilding

Popularisé dans les années 80 grâce à l’acteur Arnold Schwarzenegger, le bodybuilding ou culturisme est une discipline qui consiste à consolider sa musculature dans un objectif esthétique. Originellement pratiqués par les hommes, de plus en plus de femmes prennent aujourd’hui part à des concours pendant lesquels sont examinées leurs morphologies. Entre compétitions, dopage ou encore exercices, nous allons faire le point avec 5 choses à savoir sur ce sport unique.

Qu’est-ce que le bodybuilding ?

Aussi appelé culturisme, le bodybuilding incite un individu à s’entraîner afin d’optimiser au maximum sa masse musculaire et devenir le plus symétrique possible. Bien sûr, cela dans l’objectif de pouvoir s’inscrire à diverses compétitions. Aujourd’hui en France, il n’existe qu’une seule et unique fédération reconnue par le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative : il s’agit de la Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme ou FFHMFAC. S’entraîner afin d’optimiser sa masse musculaire ne servira à rien si le culturiste néglige son sommeil ou ne suit pas une diète stricte. Effectivement, ce sont les apports en nutritions sportives très bien calculés et les temps de repos très réparateurs qui lui permettront de construire sa musculature dans de meilleures conditions.

Des entraînements extrêmement stricts

Cette discipline demande une forte autodiscipline ainsi qu’une organisation quasi militaire pendant la préparation des concours. Environ 6 à 7 séances d’entraînement par semaine, à raison de deux sessions par jour, à des heures précises et au cours d’un temps donné, peuvent rythmer les journées d’un culturiste. Afin d’augmenter sa masse musculaire, il doit s’exercer avec des charges lourdes et disposer d’apports caloriques considérables : on parle alors de phase de prise de masseIl doit aussi ajouter des séances de stretching et cardio (filière endurance) à ses exercices, car celles-ci se montrent très utiles afin de favoriser son système cardio-vasculaire et sa souplesse. Plusieurs mois avant la compétition, il entame une phase de sèche en supprimant sa masse adipeuse au maximum. L’objectif est d’avoir une silhouette harmonieuse et une peau entièrement collée aux muscles.

Les nombreux compléments et suppléments alimentaires du culturiste

De nos jours, plusieurs culturistes contemporains sollicitent la prise de compléments et de suppléments alimentaires afin de booster les résultats. Parmi les compléments les plus utilisés, on retrouve notamment :

  • Le gainer : un mélange de protéines et de glucides afin d’optimiser la masse musculaire
  • La whey : parfois sous forme de poudre, elle est consommée dans un fameux shaker et permet d’acquérir un apport en protéines très considérable
  • Les complexes vitaminés, les minéraux, les omégas 3, 9 et le fer
  • Les acides aminés (BCA = Valine + Isoleucine + Leucine) : ils viennent apporter des protéines que le corps ne peut pas synthétiser de manière naturelle
  • La L-Carnitine : qui permet d’accélérer le métabolisme et de brûler le plus de calories
  • L’isolate : il s’agit d’une protéine à diffusion lente qui est à consommer avant de dormir. Elle empêche le bodybuilder d’être en catabolisme musculaire. Cette dernière est une réaction qui se produit lorsque l’organisme n’est plus alimenté et puise de l’énergie de façon directe dans les muscles

Dopage : lorsque le culturisme dérape

Le culturisme est parfois décrié et encore maintenant, il existe toute une multitude de préjugés autour de ce sport. Les sacrifices et les exigences demandés font souvent des culturistes des sportifs critiqués de manière injuste. Par ailleurs, le dopage, en partie présent dans ce milieu, lui donne une mauvaise image. Néanmoins, cela ne signifie certainement pas que tous les pratiquants y ont recours. Les produits dopants les plus utilisés sont les anabolisants et les stéroïdes. Un an de prise de ces types de produits est équivalent à des années d’entraînements : la tentation est alors immense pour certains. Les stéroïdes permettent d’optimiser l’anabolisme et la capacité d’effort, de réduire le catabolisme dû à l’exercice, d’augmenter la récupération ainsi que de favoriser l’assimilation des protéines.

Les conséquences de telles substances sont liées à une rétroaction négative menant à la chute de la production naturelle de testostérone. Les produits dopants sont aussi utilisés pour optimiser rapidement la masse musculaire et accélérer le séchage afin de supprimer très vite l’eau avant un concours. Des contrôles sont donc réalisés pendant chaque compétition, toutefois, cela n’empêche pas certains de tricher.

Comment se déroule une compétition de culturisme ?

Pendant les compétitions, les athlètes sont groupés en fonction des catégories définies par leur âge, leur poids et leur sexe. Ils débutent par l’étape du Posing imposé et finissent par une chorégraphie de Posing libre sur une musique de leur choix. L’objectif principal est de mettre en avant la qualité et le volume de leurs muscles, notamment les pectoraux. Pour les exigences du concours, les concurrents doivent porter une tenue officielle (slip pour les hommes et bikini pour les femmes) et se recouvrir de Tan (en crème teintée et de spray) pour faire ressortir à la perfection leur définition musculaire.