3 conseils pour bien vivre ses premières règles

Pour beaucoup de jeunes filles, vivre leurs premières règles peut se révéler angoissant, voire traumatisant. Cela s’explique par le manque de sensibilisation aux fonctions corporelles féminines, qui engendre des préjugés sur les règles. En réalité, certains parents trouvent gênant d’éduquer leurs jeunes adolescentes sur les menstruations. Résultat : leurs filles n’ont aucune réelle attente concernant leurs premiers saignements. Cet article vise justement à éclairer les jeunes filles et à mieux les préparer à leurs premières règles. Découvrez le fonctionnement des menstruations, les premiers signes ainsi que les attentes relatives aux premières règles.

1. Comprendre ce qui provoque les menstruations

Pour les personnes pourvues d’un utérus, les règles sont simplement le résultat de la puberté. Elles indiquent que votre corps est capable de se reproduire. Lorsque le cycle menstruel commence, le taux de l’hormone appelée œstrogène augmente. Cela entraîne l’épaississement de la muqueuse de votre utérus, appelée aussi endomètre. Ce phénomène se produit naturellement car votre utérus se prépare à accueillir un ovule fécondé. En l’absence de fécondation, les muscles de l’utérus se contractent, afin de dégrader la muqueuse et de la pousser hors de l’utérus. La destruction de l’endomètre est à l’origine des saignements que nous qualifions de menstruations. Quand on vit ses premières règles sans y être préparé, il peut être difficile de s’y retrouver. Vous trouverez ci-dessous une mine d’informations sur les points essentiels : symptômes, protections, culottes de règles, etc.

2. Être conscient des symptômes des premières règles

Il faut savoir que les premières règles ne peuvent survenir que quelques années après la puberté. Bien qu’il n’y ait aucun moyen exact de déterminer le moment des premiers saignements, plusieurs symptômes prémenstruels (SPM) peuvent servir d’indicateurs. Parmi ces symptômes, certaines personnes présentent des ballonnements, des boutons, des seins gonflés et sensibles, ou se sentent très émotives et irritables. D’autres signes comprennent des crampes au ventre et au bas du dos, la constipation, la diarrhée et même la fatigue. Cela dit, il est tout à fait normal de ne pas avoir de syndrome prémenstruel avant ses premières règles, surtout que chaque corps est différent. Par ailleurs, ces signes peuvent changer d’un cycle menstruel à l’autre, ce qui les rend peu fiables. Heureusement, plus on avance en âge et mieux on connaît son corps, plus il sera facile de sentir l’arrivée de ses règles.

3. Utiliser des protections appropriées

En matière d’hygiène féminine, il existe une multitude de protections menstruelles auxquelles vous pouvez recourir. Vous devrez sans doute expérimenter différents types avant de découvrir celui qui vous convient le mieux. En grandissant, vos besoins évolueront aussi, et vous constaterez que certaines protections hygiéniques vous sont plus agréables. Voici tout ce que vous devez retenir sur le sujet :

La culotte périodique 

Cette protection menstruelle est l’une des plus innovantes du marché. Elle est très appréciée pour son confort et sa praticité, notamment par rapport aux protections plus traditionnelles. Une culotte périodique se porte comme un sous-vêtement ordinaire, mais elle est dotée de tissus particuliers qui absorbent le liquide menstruel et le retiennent. Elle se décline en différents niveaux d’absorption, et vous pouvez en choisir un en fonction de l’abondance de votre flux. Les culottes menstruelles sont des protections efficaces et réutilisables. Veillez simplement à les laver après chaque utilisation.

Les serviettes sanitaires

C’est une forme très populaire de protection périodique. Il s’agit de feuilles rectangulaires de matériau absorbant que vous collez à l’intérieur de votre sous-vêtement. La bande collante située sur leur face inférieure leur permet de se fixer à vos sous-vêtements et d’y rester jusqu’à ce que vous les retiriez. Les serviettes hygiéniques existent en différentes tailles et épaisseurs, chacune étant plus adaptée à votre propre flux. Cela dit, il faut se méfier des serviettes parfumées. Les substances odorantes qu’ils contiennent perturbent la flore vaginale et affectent le pH naturel du vagin.

Les tampons

Les tampons sont des produits menstruels absorbants, semblables à des tubes. On les insère dans le vagin pour absorber le flux menstruel avant qu’il ne touche les sous-vêtements. Lorsque vous déballez un tampon, vous remarquez peut-être qu’il est muni d’un tube applicateur en plastique. Cet applicateur est en fait conçu pour vous aider à glisser le tampon dans votre vagin. La ficelle à l’extrémité du tampon vous permet de le retirer lorsqu’il est temps de le changer. Tout comme les serviettes et les culottes menstruelles, les tampons existent également en différentes tailles et capacités d’absorption. Il est préférable d’éviter les tampons parfumés, qui peuvent provoquer des irritations à l’intérieur du vagin. Optez plutôt pour une option sans parfum et plus naturelle.