Violence sexuelle envers les enfants au Brésil

La violence sexuelle se de´finit comme suit : Tout acte sexuel, tentative pour obtenir un acte sexuel, commentaire ou avances de nature sexuelle, ou actes visant à un trafic ou autrement dirigés contre la sexualité d’une personne en utilisant la coercition, commis par une personne indépendamment de sa relation avec la victime, dans tout contexte, y compris, mais sans s’y limiter, le foyer et le travail.

La violence sexuelle envers les enfants est un sujet difficile, douloureux et, dans la plupart des roues de la conversation, un tabou. La question est inconfortable pour ceux qui parlent et pour ceux qui écoutent, mais en même temps, elle doit être abordée par les familles ou dans les cercles d’amis qui connaissent ce problème et veulent une nouvelle chance d’avancer malgré le traumatisme. 

Ce nombre, qui choque et effraie, équivaut à deux rapports par heure. Au total, il y a eu 22 851 victimes, dont 70 % de filles.

D’autre part, les psychologues spécialisés dans la question sont prêts à écouter, à accueillir et à aider à faire face à ce qui est sans doute l’une des pires expériences qu’un être humain puisse vivre. C’est généralement une expérience triste, traumatisante et compliquée qui peut se produire quelle que soit la classe sociale.en 2015, à la création d’une commission d’enquête du parlement de l’État de São Paulo. Les controverses qui ont éclaté à ce sujet dans les universités publiques de l’État de São Paulo traduisent les conflits existant au sein des institutions et dans les relations de genre. Les violences sexuelles contre les enfants sont une grave violation des droits de l’enfant. Pourtant, c’est une réalité mondiale à travers tous les pays et les groupes sociaux. Elles prennent la forme d’abus sexuels, de harcèlement , de viol ou d’exploitation sexuelle dans la prostitution ou la pornographie. Elles peuvent se produire à la maison, dans les institutions, à l’école, sur le lieu de travail, lors de voyages et de tourisme, dans les communautés – à la fois dans les pays en développement et à contexte d’urgence

Le Human Rights Dial, un service public du Secrétariat des droits de l’homme de la Présidence de la République, a enregistré 17 588 dénonciations de violences sexuelles contre des enfants et des adolescents en 2015.

La justice, Le bilan du Brésil en matière de droits humains s’est largement amélioré dans de nombreux domaines depuis la fin du régime militaire. Malgré tout, la situation des enfants est loin d’être idéale et ceux-ci doivent fréquemment faire face à de cruelles difficultés les empêchant de grandir dans des conditions stables et paisibles.

Les raisons de ce type de violence comprennent, entre autres, la pauvreté, l’exclusion, l’inégalité sociale, raciale, sexuelle et ethnique.

Les violences sexuelles contre les enfants sont une grave violation des droits de l’enfant. Pourtant, c’est une réalité mondiale à travers tous les pays et les groupes sociaux. Elles prennent la forme d’abus sexuels, de harcèlement , de viol ou d’exploitation sexuelle dans la prostitution ou la pornographie. Elles peuvent se produire à la maison, dans les institutions, à l’école, sur le lieu de travail, lors de voyages et de tourisme, dans les communautés – à la fois dans les pays en développement et à contexte d’urgence

Cause. Pauvreté, Au Brésil, environ un quart de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Dans ce pays, 80 % de la population vit dans les zones urbaines, et c’est dans ces villes qu’apparaissent de grandes injustices entre les « riches » vivant dans les beaux quartiers, et les «pauvres» vivant dans les favelas.

La santé au Brésil est considérablement influencée par le manque de logements pour personnes à faible revenu. Ces familles sont alors contraintes de vivre dans des bidonvilles où la saleté, l’insalubrité et le manque d’hygiène, sont sources de nombreuses maladies et infections. En outre, le personnel médical est parfois hésitant à se rendre dans ces quartiers à hauts risques, au détriment, bien sûr, des enfants malades ou des mères enceintes.

Le Brésil a fourni de nombreux efforts pour lutter contre le virus du Sida durant ces dernières années. Il fait ainsi office d’exemple à l’égard de ses voisins. Toutefois, le combat n’est pas encore terminé. Les médicaments et les traitements contre le VIH continuent, par exemple, à manquer dans le pays. De plus, même s’il n’est pas l’un des plus élevé au monde, le taux de mortalité infantile , demeure encore inquiétant.

Le travail des enfants, n’est pas encore totalement éradiqué au Brésil. Les enfants sont notamment employés dans les milieux agricoles, et plus particulièrement dans les plantations de canne à sucre et les charbonniers. Les moins de 15 ans représentent de 25 à 30 % de la main d’œuvre dans les champs brésiliens. Sur la côte, de nombreux enfants sont aussi engagés comme pêcheurs.

Les jeunes filles sont, quant à elles, souvent employées en tant que domestiques. On estime ainsi à plus de 480 000 le nombre d’enfants domestiques au Brésil.

Le Nord du Brésil est connu pour sa pauvreté. Dans cette région, les enfants vivent souvent dans la rue et sont alors confrontés, tous les jours, à la violence. Leur environnement est déplorable : trafic d’enfant  de drogue,prostitution , travail, mendicité et exploitation sexuelle forment leur quotidien.

Ces graves manquements aux droits et à la protection des enfants se retrouvent également dans l’ensemble du territoire brésilien à travers la vie des enfants orphelins. Dans le pays, on estime en effet à 3,2 millions le nombre d’enfants orphelins qui se retrouvent, en général, dans la rue et doivent affronter la violence et la cruauté qui y sévissent.

Un psychologue peut aider et beaucoup

Les professionnels de la psychologie, qui peuvent traiter la victime et aussi sa famille, simultanément ou non, aident à identifier les comportements et les réactions qui indiquent le besoin d’une thérapie spécialisée, que ce soit dans le domaine de la psychanalyse ou dans une autre discipline complémentaire.

Les thérapeutes suivent également, grâce à un traitement psychologique continu et systématique, l’évolution de l’enfant ou de l’adolescent et recommandent de nouvelles voies, de nouveaux traitements ou les mesures nécessaires.

Comment le psychologue travaille au bureau :

Établir une relation de confiance entre le psychanalyste, le patient et sa famille ;

Créer un environnement agréable, respectueux et accueillant ;

Respecter le temps du patient et de sa famille pour parler du sujet ;

Traiter les symptômes qui se présentent, du point de vue de la psychanalyse, mais aussi chercher à restaurer la confiance et l’estime de soi, à surmonter ou à apaiser les craintes, etc ;

Orienter la famille sur la manière de traiter le sujet à la maison, à l’école et dans d’autres environnements sociaux ;

Assurer le bien-être et la sécurité de toutes les personnes concernées, grâce à leur expérience professionnelle.

La violence sexuelle envers les enfants : comment y faire face ?

En plus de toutes les mesures pratiques concernant la santé émotionnelle et mentale des personnes concernées, le psychologue peut aider en étant un point d’appui important pendant la période où la famille ou la victime suit un traitement.

Le fait de savoir qu’il existe un espace de confiance pour traiter de cette question et d’autres questions connexes ou découlant de la violence sexuelle envers les enfants génère calme et sérénité à un moment très délicat de la vie.

Dans ce cas, surtout pour les membres de la famille proche, c’est comme s’il y avait un rendez-vous avec soi-même, où l’on a l’occasion de se défouler, de pleurer, de décharger sa colère ou sa tristesse.

Et, en même temps, recevoir des conseils et un soutien pour continuer à faire face à cette situation et la surmonter de la meilleure façon possible.