Quels sont les différents types de contrat d’assurance vie ?

L’assurance vie est l’un des placements les plus utilisés par les Français pour faire fructifier leur épargne. Elle présente un rendement plutôt intéressant et peut ainsi être utilisée pour se constituer une nouvelle source de revenus ou préparer sa succession. Ce produit financier offre de nombreuses solutions d’investissement sur le long terme au moyen de contrats spécifiques. Mais quels sont les différents types de contrats d’assurance vie ? Lisez pour savoir.

Les contrats d’assurance vie monosupport et multisupport

Il existe deux grandes catégories de contrats d’assurance vie, notamment les contrats monosupport et multisupport. Ils ont chacun des caractéristiques variées, mais aussi des avantages et inconvénients spécifiques.

Les contrats monosupport

Comme leur nom le dit, les contrats monosupport ne portent que sur un seul support, plus précisément les fonds en euros. C’est la première forme historique d’assurance-vie encore proposée aujourd’hui. Elle garantit un taux de revenu minimum à l’investisseur et le capital investi ne peut être perdu, d’où l’appellation de « fonds sécurisés ».

En souscrivant à un tel contrat, vous autorisez votre assureur à placer vos sous sur des titres de créance ou obligations du secteur public ou privé. Votre patrimoine est ainsi garanti, mais les rendements de cette assurance sont moins élevés.

Les contrats d’assurance-vie multisupport

Ces contrats portent généralement sur au moins un fonds euros et d’autres supports financiers exprimés en unité de compte. Il s’agit entre autres :

  • Des SICAV ;
  • FCP ;
  • Actions ;
  • Obligations ;
  • Part de SCI ou SCPI.

Ce ne sont pas des placements garantis, mais plutôt risqués. Vous êtes d’ailleurs invité à définir la répartition de votre investissement sur les différents supports en fonction de vos objectifs et de votre goût du risque. Ce contrat d’assurance est principalement destiné aux investisseurs à la recherche des solutions d’investissement à long terme et diversifié sur les marchés financiers.

Les contrats d’assurance vie dépendamment de l’élément déclencheur de la garantie

D’autres contrats d’assurance vie sont aussi classifiés en fonction des situations dans lesquelles la garantie peut être déclenchée. Il s’agit entre autres du :

Contrat d’assurance vie en cas de vie

C’est un contrat d’assurance vie qui se présente sous forme d’un acte d’épargne. Dans les clauses de celui-ci, l’assureur s’engage vis-à-vis de l’assuré à payer un capital en cas de survie ou de la mort de ce dernier. Au terme du contrat, si le souscripteur est toujours en vie, il entrera librement en possession du capital et des intérêts issus de son investissement.

S’il mourait avant l’échéance, le contrat sera dénoué. Le capital et les intérêts seront donc transmis à un ou des héritiers préalablement définis (enfants, conjoints, frères, sœurs, associations, fondations, etc.). Mais pour que cela arrive, il faut avoir souscrit à une contre-assurance au nom du bénéficiaire.

Le contrat d’assurance en cas de décès

L’élément qui déclenche la garantie ici est le décès du souscripteur de l’assurance. L’épargne constituée est donc au profit d’une tierce personne. Ce contrat stipule qu’en cas de décès de l’assuré, l’assureur devra verser un montant de capital aux héritiers. C’est une solution de prévoyance, principalement utilisée pour préparer sa succession.

Les contrats d’assurance vie mixtes

Les contrats mixtes cumulent les avantages de l’assurance en cas de vie et de l’assurance en cas de décès. Ils couvrent ainsi les deux risques contradictoires que sont la survie et le décès de l’assuré. À l’échéance de ce contrat, le versement d’un capital ou d’une rente est garanti. Il peut être destiné soit au souscripteur ou encore à un héritier nommé par ce dernier au sein du contrat.

Les contrats DSK, NSK

Ce sont des contrats d’assurance vie particuliers en unité de compte. Nés en 1998 et appelés « DSK », ils ont été rajeunis en 2005 puis nommés contrats « NSK ». Ils visent principalement à encourager les Français à investir dans les actions du pays. La règle impose un minimum de 50 % du capital investi, placé sur les actions, dont 5 %, placé sur des fonds ou des sociétés à risques. Le reste de l’investissement peut être placé sur les fonds sécurisés en euros.

Autres types de contrats d’assurance vie

Les Français peuvent aussi investir dans d’autres types de contrats d’assurance vie. Ce sont :

Les contrats d’assurance vie intergénération

Les contrats intergénération consistent en une opération qui permet à des grands-parents de léguer un capital à leurs petits-enfants en différant la date d’entrée en jouissance. Le souscripteur désigne le petit-enfant comme bénéficiaire de la contre-garantie. Il garde néanmoins la maîtrise du contrat et peut y effectuer des retraits par moments.

Les contrats euro croissance

Ce sont des contrats d’assurance vie mis en place en 2014 dans le but d’utiliser l’épargne des Français pour le financement de l’économie du pays. Il s’agit de contrats mono et multisupports composés des fonds diversifiés plus risqués (actions ou financement d’entreprise). Les rendements ici sont plus élevés que dans le cadre d’un placement financier sur les fonds euros.

Les contrats de nouvelle génération

Ce sont des contrats qui apparaissent nouvellement sur le marché. Les fonds issus de ceux-ci sont principalement investis sur les nanotechnologies, les biotechnologies, la robotique, etc. Ils sont proposés par les sociétés et des plateformes internet qui privilégient l’investissement dans les filières innovantes.